Unicef Sudan

Référence à Abdelkrim GHALLAB

Quand l'eau avait jailli, nous étions si heureux, 2016

Abdelkrim Ghallab, de l’UNICEF au Soudan, raconte l’histoire de Mariam Omar Eisa, 15 ans

Aide humanitaire liée au climat

Alimentation durable  en eau pour les communautés déchirées par la guerre

Nous avons parcouru 80 km sur la pire route
jamais vu. Pluies torrentielles et inondations
Amara Shazli, un village reculé de la commune rurale de Roseiris dans l'État du Nil Bleu, presque inaccessible. La saison des pluies a
toujours été difficile sur les routes, mais maintenant ces pluies sont plus irrégulières et quand elles arrivent, elles sont plus intenses - elles endommagent les cultures et les inondations apportent une eau sale et dangereuse dans les maisons des gens.
Lorsque nous avons enfin roulé - ou glissé - dans le village, nous avons vu le grand réservoir d'eau de l'UNICEF, surélevé au-dessus de la terre. Les enfants ont émergé de maisons transportant des conteneurs et marchant à pied
vers les robinets. Nous avons attendu jusqu'à ce qu'ils s'approchent et nous avons vu une des filles sourire radieusement. Elle s'appelait Mariam Omar Eisa.
"Comment as-tu eu de l’eau avant le
la construction de cette station ?" lui avons-nous demandé.
Elle baissa les yeux, comme si elle se souvenait douloureuse des souvenirs. "Avant la station d’eau, j’avais l'habitude d'aller au Nil, à deux heures et demi de marche d'ici. Nous avons dû traverser des forêts épineuses et des collines pour aller sur la rive bleue du Nil. C'est l'une des rives du fleuve les plus dangereuses parce que les bords s'effondrent souvent. Nous avons pensé à un monstre qui se cache pour nous faire du mal à tout moment.
J'ai vu beaucoup d'enfants se noyer devant mes yeux à cet endroit."

Elle resta silencieuse et distraite pendant un moment et nous avons imaginé ce que nous ressentirions à voir une petite fille qui se noie devant nos yeux. Elle a expliqué que chercher de l'eau était une tâche pour les plus jeunes enfants - les familles ne permettraient pas aux filles plus âgées d'y aller au cas où elles seraient attaquées
et violées. "Après avoir cherché de l’eau, j’irais
à l'école, mais je m'inquiéterais toute la journée
sur le long voyage que je devrais faire
encore après l'école, chercher de l'eau pour boire, la cuisine et le lavage. Parfois je ne pouvais pas me concentrer. C'était pareil pour tous mes amis et c'est pourquoi la plupart d'entre eux ont abandonné l'école."
Nous avons demandé : "Comment ça va maintenant ?" Elle a ouvert le robinet et rempli le récipient : "Voici comment maintenant, comme vous pouvez le voir !" Elle se souvient quand les gens étaient venus pour construire le puits : "C'était formidable. Nous sommes tous sortis - enfants, femmes et hommes - nous ne pouvions pas le croire."

------------------------------------------

Nombre de visiteurs